Réduction des aires d'allodynie après stimulation médullaire

La référence

 

UClin J Pain. 2013 Apr 1. Reduced Areas of Spontaneous Neuropathic Pain After Spinal Cord Stimulation Treatment. Meier K, Jensen TS, Christensen BM, Mølgaard ME, Sørensen JC, Nikolajsen L.

 

L'article

 

La stimulation de la moelle épinière (SME) est reconnue comme étant un traitement efficace pour certaines douleurs neuropathiques (DN). Les observations cliniques pourraient avoir tendance à suggérer que l'effet du traitement réside dans une réduction de la superficie du territoire la douleur neuropathique spontanée. Le but de cette étude a été de quantifier la superficie des territoires douloureux chez les patients bénéficiant d’une SME et de les corréler avec les modifications d'intensité de la douleur et de la qualité de vie.

 

Vingt-six patients atteints de DN sous SME ont évalué l'intensité de leur douleur sur une échelle d'évaluation numérique (0 à 10) et rempli le questionnaire SF-36. En outre, leurs surfaces de DN ont été documentées photographiquement avant et pendant le traitement par SME (Figure 1 ), ces zones ont été quantifiées numériquement.

 

La surface de DN spontanée a été réduite de 62% (intervalle interquartile, -15 à 78). L'intensité de la douleur a été réduite de 7,5 (± 1,1) à 4,9 (± 1,7). La plupart des domaines du SF-36 ont également été amélioré par la SME. En utilisant une régression linéaire, aucune corrélation n'a été trouvée entre la réduction relative dans les zones de DN spontanée et la réduction relative de l'intensité de la douleur ainsi que dans l'amélioration absolue dans la qualité de vie évaluée par le SF-36. Une corrélation a été trouvée entre la diminution de l'intensité de la douleur et la qualité de vie.

 

Ces résultats indiquent que l'impact principal de la SME sur la qualité de vie des patients ne réside pas tant dans la réduction des zones douloureuses que dans la réduction de l'intensité de la douleur dans l'espace restant.

 

Commentaire

 

Cette étude danoise d’Aharus, qui porte sur un nombre relativement restreint de patients, nous en dis davantage sur la nature du soulagement obtenue par SME : la surface douloureuse est effectivement diminuée mais c’est, avant tout, la réduction d’intensité qui permet ce ressenti de soulagement.

 

Il est dommage que ce travail, en se concentrant exclusivement sur les douleurs neuropathiques spontanées, n’ait pas cherché à évaluer également les zones d'allodynie ou l'hyperalgésie. Cette critique est a nuancée par le fait que la population étudiée souffrait, majoritairement, de neuropathies diabétiques qui, on le sait, s’expriment principalement par des douleurs sourdes et profondes plutôt que par  l'hyperalgésie ou l’allodynie.

Dr Marc Lévêque 

 

 

Allez sur InfoDouleurNeuroModulationauquel l'auteur contribue régulièrement, pour une information plus complète

Écrire commentaire

Commentaires : 0