L'impact des facteurs psychologiques sur les résultats de la stimulation médullaire : une analyse à long terme

La référence

 

Wolter T, Fauler I, Kieselbach K. The impact of psychological factors on outcomes for spinal cord stimulation: an analysis with long-term follow-up. Pain physician 2013 ; 16 (3): 265-75.

 

L'article 

 

Depuis près de trente ans la stimulation de la moelle épinière (SME) est utilisé dans le traitement des douleurs neuropathiques. Les facteurs psychologiques seraient supposées de façon importante à l'efficacité de la SME néanmoins l'impact de ces facteurs n’a été que rarement étudié.

 

L'objectif de cette étude était de déterminer, par un échantillon clinique représentatif,  l'influence de ces facteurs psychologiques tel que l'anxiété et la dépression sur l'issue de la SME. Les dossiers de 60 patients consécutifs qui avaient été traités par SME entre le 1er  Juillet 2008 et le 30 Juin 2012. Les informations concernant l'âge, le sexe, le diagnostic, l'âge lors de l'implantation, la durée de la maladie, les scores d’anxiété, de dépression, d'invalidité de la douleur (PDI), les scores de douleur préopératoire sur l’échelle d'évaluation numérique (EN) ont été colligés. En outre, un questionnaire a été envoyé aux participants qui contenaient les éléments suivants : les scores de douleur avec et sans stimulation, les périodes de stimulation, la couverture par les paresthésie, la prise médicamenteuse, la satisfaction apportée par le traitement  et des échelles d’auto-évaluations de l'anxiété (HADS-A) et de la dépression (HADS-D, BDI-II et PDI).

 

Les scores d’anxiété et de dépression préopératoires n’étaient pas significativement différents entre les patients soulagés par la SME et ceux ne l’étant pas. La SME entraine une diminution du score (EN) de douleur ( Tableau I). Les résultats à long terme ne sont pas affectés par les scores d’HADS-A, HADS-D et PDI pré-implantatoires. En revanche les moyennes des scores de dépression et d’anxiété sont abaissées suite à la SME ( Tableau II). Le score d’autosatisfaction est inversement corrélé à celui de l’HADS-A, de l’HAD-S et du BDI-II. Des scores qui sont également

 

Le résultat du traitement par la SME n'a pu être prédit sur la base des facteurs psychologiques testés (anxiété, dépression et incapacité liée à la douleur). L’indice d’autosatisfaction est inversement corrélée avec l’HADS-D, le BDI-II, et les scores PDI et a montré une tendance à la corrélation avec le pourcentage de réduction de la douleur. Des recherches complémentaires sont nécessaires pour définir l'impact des facteurs psychologiques sur les résultats de la SME

 

Commentaire

 

Ce travail, même s’il est grevé de nombreuses faiblesses méthodologiques (étude rétrospective et faible population) aurait tendance à contredire une idée — souvent répandue — qui voudrait que les résultats de la SME soient liés à l’état psychologique pré-implantatoire.

 

L’autre résultat de cette étude, qui lui est beaucoup moins contre-intuitif, serait que la réduction du score douloureux s’accompagne d’une diminution des scores d’anxiété et de dépression. Preuve, s’il est encore nécessaire de l’apporter, que la dépression et l’anxiété sont bien la conséquence — et non la cause — de l’intensité douloureuse chez ces patients.

 

Il est, par ailleurs, dommage que les auteurs se soient bornés dans leur analyse des facteurs psychologiques à l’étude des scores de dépression et d’anxiété. On sait, et l’équipe lilloise l’avait déjà très bien démontré il y a maintenant vingt trois ans 1, que d’autres éléments d’ordre psychologique interviennent dans le résultat final : nécessité d’adéquation à une proposition originale, effervescence fantasmatique face à l’accueil de ce matériel étranger actif ou encore l’importance des mise en échec des thérapies précédentes. Bref, l’évaluation psychologique pré-implantation est de rigueur ce que tendrait à infirmer cette étude...

 

Bibliographie

 

1.               Defontaine Catteau M-C, Blond S, Christiaens J-L. Implantation de stimulateurs à visée antalgique et concomitants psychologiques. Douleur et analgésie. 1990;2:59-62.

 

 Dr Marc Lévêque 

 

Allez sur InfoDouleurNeuroModulationauquel l'auteur contribue régulièrement, pour une information plus complète

Écrire commentaire

Commentaires : 0