La stimulation médullaire cervicale : une analyse à long-terme de 23 patients

La référence 

 

Wolter T, Kieselbach K. Cervical spinal cord stimulation: an analysis of 23 patients with long-term follow-up. Pain Physician. 2012 May-Jun ; 15(3) : 203-12.

 

 

L'article 

 

Depuis plus de trois décennies, la stimulation de la moelle épinière est utilisée pour traiter les douleurs neuropathiques. Malgré son utilisation de plus en plus fréquente au niveau dorso-lombaire, ses résultats à long terme dans les douleurs neuropathiques des membres supérieurs restent peu étudiés.

 

Le but de cette étude était de déterminer l'efficacité de la stimulation cordonale cervicale (SCC) dans un échantillon représentatif clinique. Les auteurs ont également cherché à étudier les facteurs (paramètres de stimulation, paresthésie du tronc et des jambes, mouvements de la tête) susceptibles d’altérer l’efficacité de la stimulation. L’âge, le sexe, le diagnostic, l'âge au moment de l'implantation, la durée des symptômes douloureux, la position de l’électrode, les révisions, et les paramètres de stimulation ont été colligés. En outre, une entrevue téléphonique a été menée à la recherche des scores de douleur sur l'échelle numérique analogique (ENA) avec et sans stimulation, les intervalles de temps de stimulation, la couverture des douleurs par les paresthésies, les modifications de la couverture des paresthésies suivant les mouvements de tête, la tolérance des paresthésies au niveau du tronc et des jambes, la satisfaction du patient et les prises médicamenteuses.

 

Sur 23 patients ayant bénéficié d’une implantation d’électrode cervicale (21 percutanées et 2 chirurgicales), 14 ont pu être interviewés. Les douleurs neuropathiques étaient liées à des causalgies, des neuropathies cubitales, des syndromes de Crest, des douleurs de membres fantômes, des cervicobrachialgies post-opératoires et des avulsions plexiques. Les scores moyens de douleur EVA étaient de 6,8 (5,5-10,0 ±1,7) sans stimulation et de 2,8 (0-7,5, ±2.2) avec la neurostimulation (Figure 1). Quatorze révisions (5 en raison d’une dislocation, 5 à cause d’une rupture et 4 révisions de neurostimulateur) ont été nécessaires chez 9 patients au cours d'une durée moyenne de suivi de 6,2 ans. La plupart des patients mentionnaient une couverture complète des douleurs par les paresthésies. Quatre patients ont rapporté des effets indésirables comme des paresthésies du tronc ou des membres inférieurs et 11 patients ont signalé des changements de ces paresthésies lors des mouvements de tête. Dans deux cas, la réduction de la douleur n’était pas affectée.

 

La stimulation médullaire cervicale semble être efficace dans le traitement de la douleur neuropathique des membres supérieurs. Les complications ne sont pas significativement plus fréquentes que dans SCS des membre inférieur. Les mouvements de la tête ne semblent pas modifier les paresthésies ni affecter le résultat.

 

Le commentaire 

 

Le principal défaut de cette étude est son caractère rétrospectif ainsi que le nombre important de patients perdus de vue. Cette publication montre l’efficacité de la SCC dans le soulagement des douleurs neuropathiques des membres supérieures, les auteurs pointent la moindre efficacité de la stimulation dans les lésions du plexus brachial avec avulsion des racines nerveuses.  On remarque le nombre très élevé de révisions (9 patients sur 14) dans cette série liée, très probablement, à l’utilisation presque exclusive d’électrodes percutanées.

Dr Marc Lévêque 

 

Allez sur InfoDouleurNeuroModulationauquel l'auteur contribue régulièrement, pour une information plus complète